Armel PINEAU, licencié français, est depuis peu le coordinateur Europe auprès de la Fédération Internationale de KIN-BALL® . Nous lui avons posé quelques questions :

 

 

 

| Bonjour Armel, peux-tu te présenter ?

J’ai 32 ans, je viens d’Angers et je suis installé à Nantes depuis 6 ans après 3 années passées au Québec. J’ai découvert le KIN-BALL® en 2003.

Armel Pineau

 

Quel est ton parcours professionnel ?

Après avoir passé mon BAC en 2003, j’ai fait plein de petits boulots (cueilleur de pommes, livreur de linge, monteur de table de billard, etc). Je suis parti au Canada en 2008 avec l’espoir de vivre du KIN-BALL® là-bas. Après un an dans l’équipe de l’Eclair du Sud-Ouest, j’ai été engagé comme entraîneur par l’association de l’Outaouais. J’y ai exercé pendant deux saisons. A mon retour en France, j’ai recommencé par des petits boulots alimentaires avant de passer un BPJEPS sport collectif avec le CREPS des Pays de la Loire en 2014-2015. J’ai travaillé quelques mois au service des sports de la ville de Nantes puis j’ai commencé à travailler pour la Fédération Internationale deKIN-BALL® en octobre 2016.

 

En quoi consiste ton travail ?

L’augmentation du nombre de fédérations nationales a obligé la FIKB à revoir son mode de fonctionnement, une personne seule ne pouvant plus assumer la charge de travail. Un poste a donc été créé en Europe pour répondre aux attentes des fédérations nationales européennes en terme de formation d’arbitre, de coach, de professeur de sport, etc. et pour les aider dans leur développement et leur structuration.

 

Combien y-a t’il de licenciés en Europe ?

Il y a aujourd’hui entre 2500 et 3000 personnes qui jouent aux KIN-BALL® de manière régulière en Europe.

 

De nouveaux pays vont-ils se développer en Europe ?

Des contacts avancés existent en Pologne, en Italie et en Angleterre.

 

Quelles sont les prochaines dates importantes du KIN-BALL® européen ?

Le premier tournoi international junior va se dérouler à Maubeuge (FR) en juillet et de nombreuses équipes européennes y participeront. Et bien sûr, les sélections nationales  européennes seront présentes à la Coupe du Monde de Tokyo en novembre.

 

Une Coupe d’Europe des nations est-elle en projet ?

L’idée est toujours dans l’air mais aucune discussion formelle n’existe.

 

En tant que licencié FKBF, as-tu toujours des fonctions dans le Championnat de France ?

Je suis arbitre pour le club de Nantes.

 

Tribune libre : si tu souhaites ajouter quelque chose qui te tient à cœur…

Bravo à la Fédération Française qui fait un très bon travail de développement sur son territoire malgré toutes les embûches. J’ai bon espoir qu’un jour tout le pays connaisse notre magnifique sport.